Mon gilet baroque

Si j’ai deux obsessions quand je choisis les tissus, elles sont parfaitement opposées: le minimalisme ultra-pur (comme pour le manteau gris, la blouse noire, la robe bordeaux) ou le baroque riche (comme pour le gilet d’aujourd’hui, la veste ethnique ou le top moutarde). Le motif est soit inexistant, soit totalement écrasant, le milieu n’ayant, selon moi, aucun intérêt.

Le tissu du gilet est difficilement descriptible: une base bleu-marine sur laquelle des motifs en velours or et bordeaux se dessinent en relief. C’est un tissu d’ameublement, conçu pour réchauffer les fauteuils plutôt que les épaules, mais le jour de l’achat, ses reflets chatoyants m’ont fait oublier ce détail.

La difficulté de ce gilet ne fut ni sa doublure, ni le raccord des motifs, mais ses poches passepoilées. Le tissu étant assez épais, les passepoils furent particulièrement fastidieux à coudre.

Un gilet d’automne que j’ai choisi de combiner avec moult bracelets dorés et une écharpe masculine en soie imprimée. More is more.

IMG_2391

IMG_2404

IMG_2417

IMG_2432

IMG_2443

IMG_2449

IMG_2493

IMG_2502

IMG_2533

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblr

8 thoughts on “Mon gilet baroque

  1. Il fallait vraiment avoir le coup d’œil pour imaginer ce tissu en gilet! Bravo d’avoir osé, cela rend vraiment bien.

    • Merci beaucoup! j’aime beaucoup les tissus qui ne me donnent pas tout de suite l’idée du vêtement, comme celui ci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *